novembre 2016 | 3 minutes de lecture
Newsroom

La surprise des élections américaines renouvelle les études consommateurs

victoire-trump.jpg
robin-g.jpg
Robin Guillemot
Acquisition Manager

La surprise générale de l'élection de Donald Trump, contrairement à toutes les prévisions, pousse les professionnels du marketing et des sondages à se remettre en question pour faire évoluer la nature même de leur business, l'étude des consommateurs, et les méthodes pour y parvenir : l'interprétation de la data et la façon de quantifier l'impact de l'information sur les gens.

C'est de cette remise en question et de l'autocritique faite par les professionnels du marketing que Sana Maheshwari, reporter au New York Times, a décidé de traiter dans une chronique dont nous vous résumons les grandes lignes ci-dessous :

La totale déconnexion entre la victoire de Trump et ce que prévoyaient les sondages remet en cause l'essence même de l'étude de marché, faite de questionnaires, d'interviews et de focus groups lors desquels les réponses sont forcément influencées par les questions. Le marketing fait un constat amer : pendant trop longtemps il est resté enfermé dans sa bulle.

Les études de marché doivent être complétées par du "Social Media Listening" sur Twitter et les réseaux sociaux, et surtout d’outils d’analyse de données comportementales comme les recherches des internautes sur les moteurs de recherche.

Il est nécessaire d'aller au-delà des focus groups

C'est un signal d'alarme et la preuve qu'un set de données limité (quantitativement comme qualitativement) n'est pas suffisant pour avoir une vision à 360° d'une situation.

Il est de plus particulièrement crucial pour les marketers de prêter une attention particulière aux signaux qui remettent en cause leurs intuitions, car c'est le plus difficile à accepter.

Par exemple, dans notre société où la population est sur informée, il paraîtrait logique que ces informations aient un fort impact sur ce que pensent les gens. Or force est de constater qu'elles en ont en fait moins que ce qu'ils pensaient, ce qui est une découverte contre intuitive à l'ère de la post-information. Il y a en réalité tellement d'informations (avérées comme erronées) qui circulent qu'il est de plus en plus difficile de savoir auxquelles porter du crédit.

Prêter une attention particulière aux signaux qui remettent en cause les intuitions

Au milieu de cette saturation d'informations, c'est l'émotion qui a tendance à aiguiller les choix, et non pas la raison. Si l'on prend l'exemple du duel Clinton / Trump, la raison aurait dû amener les gens à choisir la candidate démocrate, qui avait objectivement un CV plus approprié que son adversaire pour occuper la fonction présidentielle, mais le candidat républicain a réussi à transmettre plus d'émotion aux gens.

Comprendre les processus de prise de décisions et d'actions grâce à la data

Certains observateurs veulent tirer une leçon plus large de ce rejet de l’ordre établi par l’électorat américain, en analysant que la communication directe de Trump sur Twitter a été très efficace et réduit la confiance envers les médias traditionnels, la communication peer-to-peer semble être très puissante.

D'où la nécessité d'être capable de collecter et d'analyser tous les canaux de conversation afin de pouvoir rendre compte au plus près de ce qui se dit, et ce sur n'importe quel sujet. C'est exactement ce que Synomia vous permet de réaliser : trouver des insights de qualité, quel que soit le sujet, en moins d'une semaine.

Pour découvrir un cas concret illustrant comment l'alliance de notre technologie et de nos consultants data permet d'exploiter finement des grandes quantités de données pour en tirer des insights et mieux cerner les attentes de ses différentes cibles, n'hésitez pas à découvrir notre case study pour une grande marque automobile souhaitant découvrir la parole libre des internautes sur le marché des SUV :

DÉCOUVREZ ICI L'INTÉGRALITÉ DE NOTRE CASE STUDY FLASH INSIGHTS SUV

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS SUR NOTRE TECHNOLOGIE ET NOTRE ANALYSE ? 

CONTACTEZ NOUS POUR EN SAVOIR PLUS Source de l'article

Suggestion d'articles

Newsroom
août 2013 | 1 minute de lecture
Newsroom
février 2015 | 1 minute de lecture
Newsroom
novembre 2015 | 1 minute de lecture